Les hauts et les bas d’un voyage en Europe

Pendant ce temps, dans la vie d’un skieur…

9 mars 2018.  Je suis revenu au Canada depuis maintenant un peu plus de deux semaines.  J’ai pris le temps de décompresser, me remettre les idées en place et analyser l’ensemble de mon expérience avant d’écrire ce texte.  Il est maintenant temps de vous faire part des aventures que j’ai vécu dans les derniers mois.  Revenons en arrière un peu…

 

8 janvier.  La deuxième partie de la saison commence au Mont Sainte-Anne en début janvier avec les Sélections pour les Championnats du monde Junior.  Il y a beaucoup de pression sur cet évènement, car c’est sans aucun doute les courses qui décideront du chemin que prendra le reste de l’hiver.  Une qualification signifie un départ immédiat pour l’Europe et la chance de se mesurer aux meilleurs athlètes Junior pendant plus d’un mois.  De l’autre côté, une contre performance ici représente une saison de compétitions au Canada.  20km skiathlon, 4ième place; un bon début.  Sprint skate, 3ième place; déception mais on reste dans la course pour une sélection.  10km classique, 3ième place; je reçois enfin la confirmation que je serai de l’Équipe pour les Championnats du monde Junior!

 

14 janvier.  Quand je parle de départ immédiat ce n’est pas des blagues.  Quatre jours après la dernière course des Sélections, je suis arrivé à l’aéroport de Munich avec l’équipe.  11 gars, 9 filles.  Tout le monde un peu fatigué du voyage mais vraiment excité de commencé l’aventure européenne.  Premier arrêt, Praz-de-Liz, France.  On commence un camp d’entraînement d’une semaine en altitude pour être à notre meilleure forme possible au moment des Championnats du monde.  L’aspect le plus mémorable de notre séjour, sans aucun doute la neige.  Beaucoup de neige!  Deux mètres de neige en une semaine pour être exacte.  Certainement pas des conditions optimales pour les entraînements mais on finit tout de même la semaine avec beaucoup de confiance pour ce qui s’en vient.

 

24 janvier.  L’Équipe canadienne fait son arrivée à Goms, en Suisse.  Les Championnats du monde commencent dans quelques jours, c’est le temps d’aller explorer les pistes et discuter de stratégies pour les skier le plus vite possible.  Les organisateurs ont vraiment décidé de tester les athlètes à fond!  Les parcours sont difficiles et très techniques, il va falloir tout donner et se battre pour chaque position.  Les courses commencent le 28 janvier.  Sprint skate, 36e position; tellement déçu de ne pas m’être qualifié pour les vagues mais je dois me concentrer sur les prochaines courses.  10km classique, 44e position; course décevante, les skis n’étaient pas à la hauteur des attentes.  20km skiathlon, 30e position; enfin un top 30! Très bonne gestion d’énergie et je termine en force dans la deuxième partie en style skate (habituellement pas ma tasse de thé). La dernière course est le relais, 11e place pour le Canada; on a vraiment tout donné pour essayer de finir les Championnats en beauté.  Ce n’était certainement pas les résultats que j’avais espéré, loin de là.  Pour espérer de bons résultats aux Mondiaux, il faut absolument effectuer les meilleures courses de sa saison et je n’ai malheureusement pas été capable de montrer mon plein potentiel.  Je n’étais tout simplement pas assez fort pour me mesurer aux meilleurs juniors au monde.

 

3 février.  Question de finir les Championnats du monde sur une note frustrante, je me suis fait voler ma poche de skis aux cours de la dernière journée de compétitions.  En toute honnêteté, c’était un peu de ma faute, je n’ai pas été le plus attentif et vigilant, mais ça enlève sans aucun doute mon sourire pour un certain temps.  J’ai dû skier les deux semaines suivantes sur des skis emprunté de mes coéquipiers, que je remercie beaucoup.

 

4 février.  On commence ici la deuxième partie du voyage.  Je fais le déplacement en train de Goms jusqu’à Seefeld, Autriche, où je rejoins mon équipe pour un camp d’entraînement de quelques jours avant de revenir en Suisse, mais cette fois-ci à Klosters, pour d’autres courses.  J’ai attrapé un rhume dans les derniers jours et j’espère vraiment pouvoir m’en débarrasser avant la fin de semaine.  Les courses commencent le samedi 10 février, la forme est revenue!  Sprint classique, 1ière place; première victoire de la saison, il était temps! Le lendemain, 10km classique, 2ième place.  Une belle fin de semaine qui me remonte beaucoup le moral, j’en avais besoin.

 

6 février.  On passe une petite journée à Salzbourg comme des vrais touristes.  On range nos skis et on sort nos caméras pour prendre pleins de photos.  Je ne pourrai malheureusement pas en profiter car j’ai cassé mon téléphone dans un accident de luge mais c’était tout de même une excellente journée remplies d’aventures et de pizza.  Le moment le plus mémorable est sans hésitation la vue de la tour de la forteresse de Hohensalzburg.  L’échelle que j’ai dû grimper pour me rendre était effrayamment longue!

 

8 février.  On arrive à Zwiesel, en Allemagne, la destination finale de mon voyage.  Il ne reste que trois courses avant de retourner au Canada.  La même routine recommence, on s’entraîne entre les compétitions pour être à notre meilleur pour la suivante.  Une session d’intervalles finalise la préparation, on est fin prêt pour la Course OPA, où on peut toujours trouver un calibre très relevé.  Première course, sprint classique, 24e place; je décide de ne pas faire les vagues car je ressens une douleur dans mon pied, sans aucun doute causé par la fatigue physique accumulée des trois dernières semaines.  10km classique, 18e place; bonne performance, je suis content de l’effort que j’ai donné.  Dernière course en Europe, 20km skate, 24e place; pas ma meilleure course mais tout de même satisfaisant.  Le voyage en Europe prend fin, maintenant temps de revenir à la maison.

 

9 février.  De retour au Canada et présentement à Thunder Bay.  Mon voyage en Europe n’a pas été d’un succès incroyable.  Il y a eu des hauts et des bas, mais je suis plus motivé que jamais à finir la saison en beauté et m’entraîner encore plus fort pour l’année prochaine.  En continuant à avoir du plaisir dans mon sport et en mettant tous les efforts possibles, j’espère pouvoir me rendre encore plus loin dans mes aventures.  Maintenant place aux Championnats Canadiens qui commencent demain, je vous invite tous à suivre mes performances de la semaine sur les médias sociaux et bonne chance à tous les athlètes.

 

Une réflexion au sujet de « Les hauts et les bas d’un voyage en Europe »

  1. Allo Etienne, Je sui sur très heureuse de te lire ce matin. Il est plus clair pour moi, de comprendre ce long, beau et dur parcours que tu as acçompli jusqu’à maintenant. BRAVO pour cette détermination et pour ton dynamisme. Je te souhaite une belle fin de saison. Patrice. Xxx

Les commentaires sont fermés